Identification
Vous êtes ici >> Accueil/Les Dossiers/Reconstruction de l'église Saint Roch./Construction de l'église

Construction de l'église

17/07/2009 - Lu 834 fois
suite

POSE DE LA PREMIERE PIERRE DE L'EGLISE D'ASNAN

Le 15 mai de l'année de Dieu 1870, moi Augustin Joseph CROSNIER, protonotaire apostolique, agissant pleinement et non seulement en qualité de vicaire général du révérentissime père évêque de Nevers. J'ai déposé et béni cette pierre de fondement de l'église paroissiale d'Asnan dédiée à la Bienheureuse Vierge Marie et à Saint Roch, selon le rite de la Sainte Eglise Romaine.

   Les mentionnés ci-après se joignent à nous et  signent:

*Crosnier ( protonotaire apostolique et vicaire général.

* L. Perreau (curé de Germenay) - Froment (curé d'Asnan) - De La Motte Dreuzy ( de Challement)

*Le sous-préfet                   - L. Dumont (curé de ND de Béthléem à Clamecy).

(Traduction du texte ecrit  en latin, figurant sur le registre des délibérations du Conseil de  Fabrique de la paroisse d'Asnan).

                                                                             JLP

La construction de l’église d’ASNAN

Le 19 juillet 1874 grande effervescence au village. C’est la bénédiction de la nouvelle église placée sous le patronage de l’Immaculé Conception et St Roch.
On est loin de l’époque gothique dont parlent les éditions Flohic qui viennent d’éditer « les villages de la Nièvre ». M. de Soultrait dans sa statistique monumentale de la Nièvre, M. Marlières dans son étude de l’arrondissement de Clamecy notent bien l’église du XIII et XIV siècle mais ces deux livres ont été édités dans la première moitié du XIX siècle. Depuis l’église a disparu.
L’église actuelle commencée en 1869 et les travaux interrompus par la guerre de 1870 ne fût achevée qu’en 1874. elle occupent l’emplacement d’une impasse dont toutes les maisons avaient été incendiées en 1868. elle fait face à la rue du Coq ou du Mâgne existant depuis longtemps déjà. Les pierres ont été prises en partie sur place, une carrière ayant été ouverte devant la façade actuelle de l’église. Le clocher repose sur des fondations de 6.50 m, mais utilisation de pierres blanches gélives n’en assure guère la solidité. Dés sa construction l’église a donné des signes de faiblesse puisque dés 1889 il a fallu refaire un mur lézardé et aucun recours contre l’entrepreneur qui entre temps avait fait faillite.
Le 15 septembre 1892, M. Jaluzot directeur des magasins du « printemps » et député de la circonscription fait don à l’église de l’horloge à 2 cadrans. Actuellement et malgré quelques consolidations l’église est en assez mauvais état. Pourquoi une nouvelle église ? alors que l’exode a déjà commencé. C’est qu’à Asnan il n’ y avait plus de lieu de culte. Paroisse depuis le IX ème siècle, il y avait vraisemblablement un lieu de culte qui semble avoir été une petite  chapelle près de la source édifié par des moines de la montagne. Par la suite ils auraient construit une chapelle plus importante qui a servi de chœur à l’église. Plus tard deux autres chapelles furent ajoutées, et à cette partie ancienne on a ajouté
un prolongement qui forme la nef, composé de deux simples murs et une voûte en planches.
L’abbé Ambroise Roy, curé d’Asnan précise que le clocher est misérable et n’a qu’une cloche, un peu cassée, par la suite deux autres cloches ont été offertes par les habitants mais le clocher placé entre le cœur et la nef est petit, écrasé, tout entier construit et couvert en bois, de sorte que les cloches ne sont pas entendues dans tout le village. La nef est tellement enfoncée que l’on dirait une cave. L’hiver 1864, un ébranlement s’est fait sentir, la chapelle fût endommagée. Plusieurs fissures déjà bouchées se sont ouvertes et élargies. En 1865, l’évêque en visite interdit d'utiliser l’église pour les offices. Ceux-ci auront lieu dans la chapelle du couvent (actuellement désaffectée) en attendant une nouvelle construction .
La décision de construire une nouvelle église a donné lieu a beaucoup de discussions et même de violences. Enfin un accord a été trouvé.

                                                                               Archives Départementales

Quelques dates: 

1869 début de construction PV d'adjudication en date du 06/06/1869.

Architecte: Granpierre; Entrepreneur: ROUGERON Jacques de Brinon

1899: Les couvertures en zinc des  sacristies sont remplacées par de l'ardoise.

1823 & 1951: Réparations du clocher.

1954: Installation de l'électricité.